Noé Clément, auteur-compositeur-interprète

Ma p’tite rencontre avec Noé Clément qui a ouvert le festival Garçon la Note de Sens le 16 juin 2015.

Noé Clément explore une prépa littéraire, Khagne-hypokhagne et une école de journalisme mais c’est dans la musique qu’il trouve finalement sa voie. Certains l’ont connu sous le nom de Maloh en 2008 pour son premier album « 7200 minutes », mais pour des raisons pratiques, il préfère en changer « et de fil en aiguilles, c’est devenu Noé Clément ». C’est donc en tant que Noé Clément qu’il revient avec un nouvel album qui devrait sortir en octobre et porté par un EP de quatre titres « 306 000 kms », un nombre un peu mystérieux issu de ses pensées, de ses souvenirs, et un clin d’œil au premier album. Mais peu importe le nom, c’est le talent et l’énergie de l’artiste qui comptent. Et Noé Clément n’en manque pas.

« J’adore être sur scène ». Coup de cœur du Chantier des Francos des Francofolies à La Rochelle en 2008, il se démarque par sa simplicité, sa gentillesse, sa rigueur et sa passion pour la musique. Noé Clément évolue dans le respect des autres artistes. Il est aussi toujours très proche de son public avec lequel il aime communiquer pendant son spectacle et en fin de concert. Les applaudissements sont pour lui une véritable récompense pour son travail.

Pourtant de nature timide, Noé Clément excelle sur scène sur laquelle il se sent bien. « Il y a de l’excitation, de l’adrénaline… en fait je suis monté sur scène et direct il y a eu une sorte de truc et c’est venu tout seul. J’avais trouvé ça agréable en fait. ». C’est sans compter qu’il est un ancien sportif aimant les challenges. « Et j’pense que je retrouve une forme d’adrénaline, de défi. J’aime bien les défis… le Grand Rex ou les Francofolies où j’ai joué sur la grande scène… en fait j’ai la trouille mais c’est des beaux défis, des belles choses à faire et du coup ça prend le dessus sur la peur que j’peux avoir. Et je pense que c’est un peu ce que j’aimais bien dans le sport mais sauf qu’en plus je fais mes chansons, c’est encore mieux », la créativité et le rapport au public en plus donc. Et c’est, pour lui, ce qui fait toute la différence. Du Printemps de Bourges aux Francofolies de La Rochelle en passant par le Grand Rex à Paris en première partie de Salvatore Adamo, peu importe la taille de la scène il accueille toujours l’ovation du public avec beaucoup d’émotions et de reconnaissance. Mais sur la grande scène des Francofolies, l’émotion est à son comble, « quand il y a dix mille personnes qui applaudissent, on a l’impression que c’est un séisme. C’est fou. ».

Un « Camille » au masculin avec une pointe de « Saez », Noé Clément est un artiste qui se veut loin des modes et des clichés. Il fait simplement ce qu’il aime, ce qu’il veut, tant que cela reste un plaisir, pour lui, pour son public. D’ailleurs, il ne lâche rien, ni de sa musique et ni de ses textes, mêlant émotion, originalité et jeux de mots, une belle combinaison qui lui tient à cœur depuis ses débuts : « j’aime bien le jeu intellectuel de trouver des images ». Mais au final, pour lui l’important c’est d’être en accord avec lui-même.

« Au tout début, je faisais des trucs rentre dedans ». S’il a évolué au fil du temps, proposant aujourd’hui plus de poésie, il ne s’est pas pour autant éloigné de son adolescence rebelle. Il y revient peu à peu mais plus en douceur, avec plus de maturité, de subtilité et beaucoup de pudeur, qui le caractérise. De la transparence, de l’intégrité, une ouverture sur le monde qui l’entoure et un esprit critique certain, mais peu importe, qu’il soit un esprit rebelle, poétique ou sentimental, de sa plume naissent les mots qu’il ressent, qu’il aime, qu’il a envie de partager, ce qu’il est.

Et pour créer, il se laisse porter par son inspiration, ses expériences, ses aspirations du moment, ses influences telles que Damien Rice, Baschung, Renaud, Jim and Sam ou encore Alain Souchon avec lequel il adorerait travailler un jour. De plus, très impressionné par un concert de Camille, « je m’étais pris une grosse claque en la voyant », il envisage de se perfectionner en chant et de monter des spectacles encore plus aboutis, de les rendre plus surprenants, de prendre davantage de libertés sur scène en somme. Noé Clément, des projets et des idées plein la tête pour sa future tournée assurera tout d’abord la première partie de plusieurs scènes de la tournée 2015/2016 d’Yves Jamait pour son nouvel album « Je me souviens… ». Et s’il continue d’écrire et composer pour son propre album, Noé Clément se voit également proposer d’écrire pour d’autres artistes tels qu’Amandine Bourgeois ou Christophe Maé. Des textes encore à l’essai qui déboucheront peut-être, et je lui souhaite, sur de belles collaborations.

Site web de Noé Clément
Page Facebook

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s