L'association des Harkis d'Aube-Bourgogne demande réparation

Khadra Safrioune, présidente de l’association des Harkis et rapatriés d’Algérie Aube-Bourgogne et fille de harki, lutte depuis 20 ans pour obtenir réparation pour les harkis et a finalement obtenu une entrevue avec le président de la République. Souvent considérés comme des traîtres par leurs pairs, abandonnés par la France, les harkis, ces soldats algériens qui ont servi la France lors de la guerre d’Algérie, demandent réparation auprès du président Emmanuel Macron. 

« Ils ne sont pas partis pour combattre leurs frères. C’est parce qu’il y a eu des événements dans leurs familles, se sentant menacées par des membres du FLN (Front de libération nationale), ou parce que des membres de leur famille ont été massacrés. Chacun a ses raisons, c’était la guerre. Ils ne sont ni traîtres, ni collaborateurs » explique Khadra Safrioune. « Ils ont été abandonnés non seulement après le cessez-le-feu mais aussi lors de leur arrivée en France »

L’un de ses objectifs est de faire avancer le dossier et d’obtenir une reconnaissance du gouvernement. « Ils portent en eux une très très lourde souffrance depuis leur arrivée parce qu’ils n’ont pas eu la reconnaissance qu’ils méritaient ». Khadra Safrioune précise également que les harkis se sont surtout battus « pour des valeurs de liberté ». Khadra était parvenue à rencontrer François Hollande le 25 septembre 2016 et avait obtenu de sa part une reconnaissance orale de l’Etat français dans l’abandon et le massacre des harkis et de leur relégation dans des camps. « Ce qu’il faut savoir c’est qu’après le cessez-le-feu, entre 150.000 et 200.000 harkis ont été désarmés et massacrés. Des ordres ont été donnés par le gouvernement français de l’époque. Des circulaires ont circulé en donnant l’ordre de les désarmer et de les abandonner alors qu’on connaissait le sort qui leur était réservé. On savait que si on les désarmait et qu’on les abandonnait, ils étaient aux mains du FLN ».

Cl. Mouilla Coll.CEREP-Musées de Sens
Fête nationale à Sens, défilé des Harkis le 14 juillet 1973

Aujourd’hui, elle demande une reconnaissance plus concrète, plus officielle et ainsi que réparation « pour rendre leur dignité aux harkis avant qu’ils ne disparaissent tous. Nous, les descendants, c’est notre vœu le plus cher ». Pour elle, il y a urgence à ouvrir le dossier étant donné l’âge des harkis, de 75 ans en moyenne. Khadra Safrioune a été reçue par le Ministère de la Défense le 15 septembre dernier. Elle rencontrera Emmanuel Macron le 25 septembre.

Au-delà de la reconnaissance et de la réparation, Khadra espère vivement sensibiliser le président sur la nécessité de réhabiliter la mémoire des harkis. Certains établissements scolaires sénonais l’ont déjà contactée afin d’organiser une rencontre entre les élèves et des harkis. Toutefois, pour elle, un réel travail sur le devoir de mémoire devrait être effectué à commencer par l’intégration de leur histoire dans les manuels scolaires « pour pouvoir aller dans le sens de la paix ».

François-Xavier Hautreux, docteur en histoire à l’Université Paris-Ouest de Nanterre et dont les recherches portent sur l’expérience des supplétifs musulmans pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), reconnait que « l’histoire des harkis reste encore en grande partie méconnue ». Le professeur souhaite aujourd’hui approfondir ses recherches en portant davantage ses travaux sur les motivations des harkis et ainsi « tenter de comprendre l’importance du recrutement des supplétifs ». Un exemple de travail d’historiographie primordial d’autant que pour Khadra, cela permettrait de faire tomber les préjugés, « pour bien vivre ensemble ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s