Les Musées de Sens actuels

Dès 1977, la politique devient un enjeu dans les élections municipales, des services des affaires culturelles sont créés et le budget consacré à la culture est nettement augmenté surtout à partir des années 80. L’action politique se traduit notamment par la signature de chartes culturelles entre l’état et les collectivités, dès 1975. Et l’Etat encourage les donations aux musées de province. La ville de Dijon sera pionnière dans cette démarche de valorisation de la culture et du patrimoine.

En 1978, la loi-programme du 11 juillet favorisera le développement des musées de province. Elle prévoyait une aide financière de 1 400 millions de francs en crédits d’équipement de 1978 à 1982. Les élus développent l’image de leurs musées et ces derniers deviennent de puissants outils de communication.

A Sens, il fut décidé que toutes les collections de plusieurs propriétaires (l’État, la Ville, la Société Archéologique de Sens) réparties dans les divers musées seraient rassemblées en un seul lieu, soit le palais des archevêques. Ce projet était à l’étude depuis 1975 et de nombreuses fouilles menées entre 1982 et 1983 mirent à jour toute la richesse des sous-sols.

Crédit photo : Yonne Républicaine

Dès 1982, les Musées de Sens font l’objet de travaux de restauration menés par l’architecte Bernard Collette, adjoint à l’Inspection générale des Monuments historiques. Les salles furent ouvertes au public au fur et à mesure. La première tranche des travaux a commencé en juin et concerne l’aile Henri II, que l’on doit au Cardinal Louis de Bourbon, qui a rouvert en juillet 1985. La restauration de cette partie fut d’ailleurs l’occasion d’une réouverture du Trésor de la cathédrale en 1985 -qui avait été fermé en 1980 en raison de travaux sur les charpentes et la voûte. “En 1927, des malfaiteurs s’étaient introduits dans la chapelle en perçant le plafond, pour y dérober sélectivement les souvenirs relatifs à. Monseigneur Ardin (archevêque de Sens, mort en 1911)” (1).

Dans l’aile François 1er, construite par Etienne Ponchet, les travaux du passage Moïse commencent en 1982. Le rez-de-chaussée abritera après travaux la salle de la salamandre ainsi que les collections préhistoriques.

Crédit photo : Yonne Républicaine

Et au sous-sol, dont les travaux ont débuté en 1984, est érigée la façade des termes, pièce maîtresse de cette partie visible depuis la passerelle du rez-de-chaussée. Sont exposées dans la salle souterraine les pièces consacrées à la périodes gallo-romaine.


_______________________

(1) di Matteo C. Yonne. Sens, réouverture du Trésor de la cathédrale et première tranche du nouveau musée. In: Bulletin Monumental, tome 143, n°3, année 1985. pp. 277-280; doi : 10.3406/bulmo.1985.2730 http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1985_num_143_3_2730